mar, 11 août 2020

Culture

Retrouvez toute l’actualité culturelle de la communauté maghrébine au Canada.

2 vols d’Air Algérie pour rapatrier les Algériens bloqués au Canada.

Le 1er vol de rapatriement des Algériens non résidents au Canada s’effectuera demain vendredi 24 juillet 2020 au départ de l’aéroport international Pierre-Eliott Trudeau de Montréal vers Alger. Le 2ème vol décollera lui aussi de Montréal le samedi 25 juillet à destination de Constantine.

Les listes des personnes concernées par le rapatriement ont été publiées sur le site du consulat d’Algérie à Montréal. Il se trouve qu’un nombre conséquent d’Algériens n’ont pas trouvé leurs noms sur les listes sus-citées.

Pour comprendre le pourquoi et le comment de cette situation, nous nous sommes déplacés ce matin au consulat de la république algérienne à Montréal. Nous avons appris que la priorité de retour a été accordée aux personnes qui se sont inscrits sur le site du ministère de l’Intérieur avant la date butoir du 23 Avril. Ainsi, les services du consulat chargés de l’opération de rapatriement ont reçu récemment une liste de plus de 800 personnes.

Il nous a été mentionné que des citoyens résidents au Canada se sont inscrits sur la plateforme du ministère, ce qui ne leur confère pas le droit de voyager dans ces 2 vols affrétés pour l’occasion. Priorité est accordée pour les citoyens non résidents et les étudiants algériens au Canada.

Plusieurs citoyens présents nous ont informé avoir reçu des appels téléphoniques du consulat mais à des heures tardives, d’autres nous ont affirmé qu’ils n’avaient pas le temps de répondre à l’appel. Ce qui les a poussé à se déplacer au consulat pour régulariser leur situation et obtenir le O.K du départ.

Les personnes qui se sont inscrites après le 23 Avril ont été également prises en considération et pourraient être dans les listes des 2 vols prochains.

Nous avons appris également qu’une Application Internet sera mise en place incessamment par les services consulaires pour permettre aux personnes non résidentes au Canada voulant rentrer au pays de s’inscrire sur une liste additionnelle qui sera mise à jour au fur et à mesure. Un 3ème vol pourrait être programmé éventuellement si le nombre de passagers inscrits sur l’application est important.

D’autres sources nous ont assuré que d’autres vols d’Air Algérie pourraient être planifiés si l’impératif l’impose. Aucun algérien non résident au Canada ne sera laissé pour compte.

Par Wahid Megherbi

info@lavoixdumaghreb.com

Le Québec assouplit partiellement les règles du PEQ.

Le gouvernement du Québec vient de procéder aujourd’hui à une énième modification des règles du PEQ. La nouvelle ministre québécoise de l’Immigration,Nadine Girault,vient d’annoncer ce jeudi 09 juillet que les étudiants étrangers pourront présenter une demande au PEQ s’ils obtiennent leurs diplômes au Québec d’ici le 31 décembre de l’année 2020.

Cette clause des droits acquis vient d’être acceptée par le nouveau titulaire du ministère québécois de l’immigration. Hélas, cette exception ne sera pas accordée aux étudiants étrangers qui obtiendront leurs diplômes au delà de la date fatidique du 31 décembre 2020.

Le Programme d’expérience québécoise (PEQ) est un programme d’immigration permettant à la province du Québec de délivrer un Certificat de sélection du Québec (CSQ), document indispensable à l’attribution de la résidence permanente par le gouvernement fédéral à un immigrant économique qui choisira de s’établir au Québec.

Les étudiants étrangers qui poursuivront leurs études au Québec durant les prochaines années seront soumis aux nouvelles règles. Celles-ci entreront en vigueur à compter du 22 juillet. Ainsi,la durée et l’expérience de travail exigées pour les étudiants ont subi des assouplissements;l’expérience de travail réclamée aux titulaires d’un diplôme d’études professionnelles est abaissée à 18 mois. La durée de l’expérience de travail exigée pour les travailleurs temporaires sera fixée à 24 mois.

Les dernières semaines des manifestations estudiantines ont eu lieu dans différentes villes du Québec pour dénoncer le projet de changement des règles du PEQ énoncées par l’ancien ministre de l’immigration Simon Joli-Barette.

Avec ces changements la destination Québec sera moins attractive pour les futurs étudiants qui choisiront surement les autres provinces canadiennes qui possèdent un enseignement de qualité. Les universités et collèges de l’Ontario et des provinces maritimes offrent également des programmes en langue française. Notons que dans ces provinces les conditions d’admissibilité à la demande de citoyenneté canadienne sont moins contraignantes pour les étudiants et travailleurs étrangers.

Par Wahid Megherbi

.