mar, 29 novembre 2022

Dossiers

Retrouvez toutes l’actualité des enquêtes, témoignages, de la communauté maghrébine au Canada

Le Canada élargit la liste des travailleurs étrangers.

Le 17 novembre 2022, Ottawa. Bonne nouvelle pour les travailleurs étrangers. le ministre canadien de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté M. Sean Fraser, a annoncé hier dans la capitale canadienne la mise en œuvre de la Classification nationale des professions (CNP) 2021 pour les programmes du système Entrée express. Cette classification permettra de mettre à jour des professions qui sont en forte demande au Canada. Les secteurs du Transport, de la Construction et des Soins de santé sont prioritaires dans les demandes de permis de travail Entrée express.

Le système de la CNP est mis à jour régulièrement pour suivre et classer les emplois et professions qui sont qui sont en forte demande au Canada. Le CNP tient compte des changements dans l’économie canadienne.

Depuis la mise à jour de cette classification, 16 professions qui n’étaient pas admissibles auparavant peuvent maintenant bénéficier de voies d’accès élargies à la résidence permanente. Les travailleurs temporaires et les étudiants étrangers trouveront ainsi plus d’opportunités d’emplois qui ont été rajoutés dans la classification CNP.

Les étrangers qui ont de l’expérience de travail dans les 16 professions suivantes peuvent maintenant présenter une demande au moyen d’Entrée express :

  • administrateurs/administratrices de la paye;
  • assistants/assistantes dentaires et auxiliaires dans les laboratoires dentaires;
  • aides-infirmiers/aides-infirmières, aides-soignants/aides-soignantes et préposés/préposées aux bénéficiaires;
  • assistants/assistantes techniques en pharmacie et assistants/assistantes en pharmacie;
  • aides-enseignants/aides-enseignantes aux niveaux primaire et secondaire;
  • shérifs et huissiers/huissières de justice;
  • agents/agentes des services correctionnels;
  • agents/agentes d’application de règlements municipaux et autres agents/agentes de réglementation;
  • esthéticiens/esthéticiennes, électrolystes et personnel assimilé;
  • personnel d’installation, d’entretien et de réparation d’équipement résidentiel et commercial;
  • fumigateurs/fumigatrices et préposés/préposées au contrôle de la vermine;
  • autres réparateurs/réparatrices et préposés/préposées à l’entretien;
  • conducteurs/conductrices de camions de transport;
  • conducteurs/conductrices d’autobus et opérateurs/opératrices de métro et autres transports en commun;
  • conducteurs/conductrices d’équipement lourd;
  • monteurs/monteuses d’aéronefs et contrôleurs/contrôleuses de montage d’aéronefs.

Nous allons vous apporter de plus amples informations dans les prochains jours.

Wahid Megherbi

info@lavoixdumaghreb.com

15 étudiants algériens bloqués à Paris empêchés d’embarquer pour Montréal.

Empêchés de prendre le vol Paris-Montréal, Neuf étudiants algériens arrivés hier le 18 Août 2021 sur le vol Alger-Paris d’Air France sont toujours en zone de transit de l’aéroport parisien de Roissy. Ces étudiants étaient en transit par la France pour rejoindre l’aéroport canadien de Montréal. Nous avons appris aujourd’hui que six autres étudiants algériens ont été empêchés, eux-aussi, d’embarquer pour le Canada.

Les agents de la compagnie aérienne Air France leur ont signifié hier et aujourd’hui qu’ils ne pouvaient pas embarquer sur le vol Paris-Montréal arguant le fait que les autorités canadiennes ne les autorisent pas à entrer en territoire canadien.

Nous avons contacté ce matin un étudiant qui est actuellement en zone internationale. Il nous a informé que lors de son arrivée hier en France, les agents d’Air France ont contacté, par téléphone, les agents des services douaniers du Canada pour les informer qu’une dizaine d’étudiants algériens étaient sur le point d’embarquer sur le vol en partance vers Montréal. Une décision de refus d’entrer au Canada a été signifiée aux étudiants concernés.

Lire aussi: Air Algérie les vols Montréal Alger ne reprendront pas avant cette date/

D’après le témoignage d’un autre étudiant bloqué lui aussi à Paris, les étudiants avaient toutes les pièces justificatives exigées par le Canada pour venir étudier dans les universités canadiennes, en l’occurrence, un bail de location d’un année et une preuve de payement de la première session universitaire.

Aujourd’hui au départ de l’aéroport Houari Boumediene d’Alger, les étudiants en partance vers Montréal sur le vol 1385 d’Air France ont été priés de rejoindre le guichet 40 pour la vérification des documents exigées par les services de l’Immigration canadienne pour poursuivre des études universitaires en tant qu’étudiants étrangers. Les agents chargés de cette vérification font partie du personnel d’Air France qui opère en sol algérien.

Les étudiants qui ont rempli les conditions sus-citées ont reçu les cartes d’embarquement pour Montréal; une première carte d’embarquement Alger-Paris et une deuxième carte d’embarquement Paris-Montréal. C’est lors de l’escale en France que les choses se sont compliquées. Au niveau de la porte d’embarquement du vol vers Montréal, un agent de la compagnie Air France a demandé aux étudiants algériens qu’ils devaient subir une deuxième vérification de documents. Ceux-ci ont déjà été vérifiés lors du départ à Alger comme cela a été mentionné ci-dessus.

D’après tous les personnes que nous avons contactés à l’aéroport Roissy , seuls les étudiants algériens ont subi ce genre de vérification à la porte du départ vers Montréal. L’agent d’Air France était en contact téléphonique avec un responsable de l’Immigration du Canada qui, depuis Montréal, prenait la décision du refus d’embarquer.

Sur les dix étudiants algériens arrivés aujourd’hui en France, quatre ont été autorisés à rejoindre l’aéroport de Montréal. Les six autres ont rejoint leurs compatriotes (Au nombre de neuf), arrivés hier, en zone de transit de l’aéroport de Paris.


À l’heure où nous rédigeons cet article (Il est 22 Heures à Paris), les étudiants sont toujours en zone internationale de l’aéroport. Ils nous ont informés qu’ils sont livrés à eux-mêmes sans nourriture ni aucune autre prise en charge de la part de la compagnie aérienne, ce qui enfreint les lois et règlements de l’Aviation civile internationale auxquels adhère la compagnie française Air France.

Ils ne savent pas à qui s’adresser ni quoi faire. Cela nous rappelle, malheureusement, la dernière période hivernale qui a vu un grand nombre d’étudiants algériens bloqués dans des zones de transit de plusieurs aéroports internationaux après que leur admission en territoire canadien leur fut refusée par les autorités canadiennes.

Espérons que les autorités compétentes à Montréal communiqueront prochainement sur les raisons prises à l’encontre de ces étudiants qui ont reçu le O.K d’embarquement à leur départ d’Algérie. Pourquoi les avoir acceptées sur le vol Alger-Paris ? Pourquoi cette discordance dans les prises de décision ?

Deux questions qui méritent réponses.

Par Wahid Megherbi

info@lavoixdumaghreb.com