mar, 20 avril 2021

Dossiers

Retrouvez toutes l’actualité des enquêtes, témoignages, de la communauté maghrébine au Canada

Les algériens refusent de se marier.

Le refus des hommes algériens de se marier menace la société algérienne. Plusieurs experts en sociologies ont tiré la sonnette d’alarme sur l’amplification de ce phénomène qui nuit à l’intégrité de la société algérienne.  

L’Algérie est classée quatrième pays arabe dans lequel l’âge du mariage est de plus en plus tardif. Il y aurait en Algérie 12 millions de femmes célibataires, dont 5 millions ayant dépassé 35 ans, selon de récentes statistiques fournies par le quotidien Echourouk. Toutefois, si le célibat des femmes a longtemps intéressé les spécialistes, c’est aujourd’hui le refus des hommes de fonder un foyer, pour des raisons souvent matérielles ou psychologiques, qui inquiète les spécialistes. Pour ces derniers, si les femmes ne se marient plus jeunes, c’est aussi parce que les hommes refusent de s’engager et préfèrent la vie de célibataire.

 

50 % des Algériens de plus de 30 ans ne sont pas mariés

Selon Thouraya Tidjani, chercheuse en sociologie à l’Université d’Alger, 50 % des Algériens ayant dépassé la trentaine refusent de se marier. Pour la majorité, les raisons financières et matérielles, telles que l’insuffisance des revenus mensuels ou la crise de logement sont évoquées. La chercheuse souligne le fait que certains hommes ayant dépassé la cinquantaine manifestent leur peur de l’engagement, soit en raison d’un échec antérieur, ou simplement par peur des responsabilités. « La vision que portent les hommes sur le mariage et l’union a nettement changé. Et il faut ajouter à cela le coût faramineux du mariage imposé par certaines familles », avance la spécialiste pour justifier le refus du mariage qui touche aujourd’hui de nombreux hommes algériens.

De son côté, Me Ibrahim Bahlouli, avocat auprès la cour d’Alger et enseignant en droit à l’université de Ben Aknoun évoque principalement les difficultés matérielles qui empêchent les hommes de penser sérieusement à fonder un foyer. Il cite également la réforme du Code de la famille, qui donne plus de liberté à la femme et couvre les droits de la divorcée, provoquant ainsi chez les hommes une peur de l’engagement.

 

Vers la création d’un fonds de mariage pour les hommes célibataires

Pour sauver la société algérienne d’un phénomène menaçant, M. Djelloul Hadjimi secrétaire général de la Coordination nationale des imams et fonctionnaires des affaires religieuses, a appelé l’État à créer un fonds d’aide aux hommes nécessiteux désirant se marier et ayant dépassé la trentaine. Pour l’imam, ce fonds, qui sera principalement alimenté par l’argent de la Zakat, viendra aider ceux qui ne se marient pas pour des raisons matérielles.

– See more at: http://www.algerie-focus.com/blog/2014/10/de-plus-en-plus-dalgeriens-refusent-de-se-marier/#sthash.4zzuPeFL.dpuf

 

SOURCE: http://www.algerie-focus.com/

Les étudiants algériens toujours bloqués au Maroc.

Montréal – Nous avons pris contact aujourd’hui avec quelques étudiants algériens bloqués dans une salle d’attente de la zone de transit de l’aéroport de Casablanca au Maroc. Ils font partie des 12 étudiants refoulés le 11 janvier par les agents de l’Agence des services frontaliers du Canada à leur arrivée à l’aéroport de Montréal.

Les étudiants se plaignent des conditions de séjour à l’aéroport de Casablanca. Livrés à eux-mêmes, ils nous ont demandé de faire parvenir leur requête aux responsables de la compagnie Royal Air Maroc qu’ils ont tenté de joindre, en vain. Ils demandent des couvertures et de la nourriture puisque les quelques sandwichs qu’ils leur ont été distribués n’ont pas calmé leur faim. Ils dorment à même le sol présentement. Les photos qu’ils nous ont parvenu faisant foi.

Les étudiants sont arrivés à Montréal en provenance d’Alger sur le vol de la Royal Air Maroc avec escale à Casablanca où ils sont bloqués en ce moment en attente d’un vol de rapatriement vers Alger.

Ces derniers jours, nous observons une forte augmentation du nombre d’étudiants algériens refoulés à leur arrivée au Canada. Le 10 janvier, 4 étudiants algériens ont été embarqués dans le vol du retour vers Alger d’Air Algérie après leur refoulement par le Canada.

Le Voyageur doit démontrer qu’il satisfait aux exigences d’entrée au Canada.

Pour cette raison, nous avons pris contact aujourd’hui avec un responsable des services frontaliers de l’ASFC (https://www.cbsa-asfc.gc.ca/menu-fra.html). Dans la réponse qui nous a été parvenue par écrit, il est mentionné que chaque voyageur à son arrivée à un point d’entrée canadien doit « démontrer à un agent des services frontaliers de l’ASFC qu’il satisfait aux exigences d’entrée au Canada.»

«Lors de l’évaluation de l’admissibilité, les agents des services frontaliers de l’ASFC prennent en considération tous les facteurs pertinents avant de prendre une décision, notamment le but du voyage au Canada et la capacité à se placer en quarantaine pendant 14 jours dès l’arrivée.»

Ainsi, les voyageurs doivent avoir des documents qui fourniront des détails sur la raison de leur voyage,la durée de leur séjour, ainsi que toute autre information qui pourrait être pertinente pour justifier la raison pour laquelle leur voyage est non discrétionnaire.

Fort taux de refoulement des étudiants algériens au Canada. 

Concernant le fort taux de refoulement des étudiants algériens ces derniers jours, le responsable canadien des Services frontaliers nous a affirmé que: « Les décisions sont prises au cas par cas en fonction des circonstances individuelles de chaque voyageur ». «Il est important à noter également que chaque personne doit satisfaire à toutes les exigences d’entrée avant d’être autorisée à entrer au Canada».

De plus, depuis le 21 novembre 2020, tous les voyageurs désirant se rendre au Canada doivent utiliser ArriveCAN et s’enregistrer à l’aéroport ou avant d’arriver à la frontière.

Le retour en Algérie des étudiants bloqués au Maroc serait imminent.

Espérant que le séjour de nos étudiants bloqués à Casablanca trouvera son épilogue très prochainement. On a appris que des tractations sont en cours pour permettre leur retour en Algérie dans les plus brefs délais.

Par Wahid Megherbi pour LA VOIX DU MAGHREB