jeu, 6 octobre 2022

Économie

Retrouvez toute l’actualité économique de la communauté maghrébine au Canada.

Possible interdiction à Montréal de la cigarette électronique dans les lieux publics

Le conseil municipal de Montréal demande au gouvernement québécois de revoir la Loi sur le tabac pour y inclure la cigarette électronique.

Les élus municipaux montréalais ont voté unanimement mardi soir pour la motion en ce sens du conseiller de Snowdon, Marvin Rotrand.

«Ni Santé Canada ni la Food and Drug Administration américaine n’ont approuvé les cigarettes électroniques. La vente des cigarettes électroniques se fait à la faveur d’une zone grise, et malgré les avertissements des deux institutions sur les effets néfastes potentiels des cigarettes électroniques», a déclaré M. Rotrand.

La Ville voudrait aussi que Santé Canada teste l’innocuité des cigarettes électroniques. Si les actions des institutions tardent, le conseil municipal demandera aux arrondissements de Montréal d’adopter des règlements interdisant l’utilisation de la cigarette électronique dans les parcs, par exemple.

«La dernière révision de la Loi sur le tabac date de 2006. À ce moment, les cigarettes électroniques n’étaient pas un produit de consommation courant, tel qu’on le connaît aujourd’hui», souligne Marvin Rotrand.

Le conseiller de Snowdon indique avoir discuté du sujet, vendredi dernier, avec la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, et qu’elle entendait faire avancer le dossier d’ici la fin de l’automne.

 

SOURCE : RADIO CANADA

12 étudiants algériens expulsés du Canada sont bloqués au Maroc.

Montréal – Douze étudiants algériens expulsés hier 11 janvier 2021 par le Canada sont, en ce moment, bloqués à l’aéroport de Casablanca au Maroc. Ils ont été expulsés à leur arrivée à Montréal par les services de l’immigration canadienne. Ils sont arrivés à Montréal sur le vol de la Royal Air Maroc en provenance d’Alger avec escale à Casablanca.

Cela fait suite à l’interdiction d’entrée au Canada aux 7 étudiants algériens qui sont arrivés à Montréal sur le vol Alger-Montréal d’Air Algérie. Parmi les 7 étudiants interdits de territoire, 4 ont pris le chemin du retour vers Alger sur le vol du 10 janvier avec Air Algérie. Trois étudiants ont été admis à demeurer sur le sol canadien jusqu’à régularisation de leur situation.

Nous avons pris contact avec les étudiants présents à l’aéroport de Casablanca. Ils nous ont informés qu’ils sont livrés à eux-mêmes. Ils ont pris contact avec des responsables de la compagnie Royal Air Maroc pour leur demander d’assurer leur hébergement. Jusqu’à date, ils sont dans une salle d’attente de la zone de transit de l’aéroport. La page facebook LES ALGÉRIENS DE MONTRÉAL a publié une vidéo montrant les étudiants qui lancent des appels à l’aide. Voici le lien:https://cutt.ly/RjbBQci.

Les étudiants nous ont expliqué que les services frontaliers canadiens à Montréal leur ont exigé de remplir des conditions d’entrée au Canada qui n’étaient pas prévues lorsqu’ils ont entrepris les démarches pour obtenir le visa d’études.

À l’aéroport de Casablanca, ils passeront leur première nuit dans une salle commune sur des bancs de voyageurs. Les étudiants nous ont fait part,également, du manque de nourriture. Ils ne comprennent pas,non plus, pourquoi la compagnie aérienne ne les prend pas en charge et ne leur assure pas le vol du retour Casablanca-Alger.

Nous observons ces derniers jours une forte augmentation des cas de refus d’entrée au Canada pour les étudiants algériens qui veulent poursuivre leurs études dans les établissements scolaires canadiens. Les raisons de refus sont multiples et différentes. Nous sommes en attente d’explications des autorités compétentes concernant ce phénomène d’expulsions qui prend de l’ampleur.

Le Canada est-il en froid avec l’Algérie? Les autorités algériennes accréditées auprès du gouvernement canadien doivent demander des éclaircissements. Les étudiants algériens et leurs familles doivent avoir des réponses claires pour qu’ils puissent prendre leurs décisions et partir étudier sous d’autres cieux si le Canada ne veut pas d’eux.

Par Wahid Megherbi pour LA VOIX DU MAGHREB