dim, 22 septembre 2019

Économie

Retrouvez toute l’actualité économique de la communauté maghrébine au Canada.

Nouvelle loi canadienne : jusqu’à 2400 $ d’indemnisation en cas de surréservation de vol.

Toutes les compagnies aériennes exerçant au Canada sont averties car une nouvelle loi fédérale canadienne vient d’être votée. Cela va réjouir les passagers qui recevront des indemnisations conséquentes si les retards ou annulations de vols sont causés par la gestion de la compagnie aérienne. L’Office de protection du consommateur du Québec (OPC) régit déjà les indemnisations auxquelles ont droit les personnes qui subissent ces désagréments, mais ils se trouve que les poursuites et réclamations prenaient de trop longs délais et les résultats escomptés n’étaient pas toujours au rendez-vous.

La loi sur la modernisation des transports, appelée  Loi C-49 qui a été adopté le 23 mai 2018 va mettre un peu d’ordre dans le transport aérien au Canada. Elle vise à uniformiser les règles régissant les indemnisations des passagers puisque dans le passé les compagnies aériennes avaient leurs propres barèmes d’indemnisations ce qui n’était pas toujours dans l’intérêt des voyageurs lésés.

L’Office des Transports du Canada, l’instigateur de la loi C-49 entend tenir dans un futur proche des consultations auprès des citoyens canadiens pour finaliser les contours de cette loi.

Si le passager perd sa place à cause d’une surréservation, recevra ainsi une compensation de 2400 $. Le voyageur qui subit un retard de vol de 3 à 6 heures, il recevra 400 $ d’indemnité; celle-ci augmentera jusqu’à 700 $ si le retard est compris entre 6 et 9 heures. Une compensation sera également allouée pour les bagages perdus ou endommagés. 

Les compagnies aériennes doivent prendre très au sérieux cette loi canadienne car elles devront dédommager leurs clients en moins de 48 heures en cas de surréservation. Les clients disposeront de 120 jours pour d’éventuels recours. 

Les passagers sont ainsi protégés contre les abus de retards et surréservations pratiquées par les compagnies aériennes mises en cause.La loi C-49  entrera en vigueur en été 2019.

Par Wahid Megherbi

Grand ménage chez Air Algérie à Montréal.

Air Algérie fait peau neuve au Canada; il n’est jamais trop tard. L’ère de la gabegie et du copinage est terminée, du moins on l’espère. Qu’ en est-il exactement et de quoi s’agit-il ? La compagnie aérienne algérienne a pris des mesures fermes pour mettre fin à une situation ubuesque qui a lourdement portée préjudice au bon fonctionnement de l’entreprise. À chaque année, lorsque la saison estivale s’ouvrait,il y avait une ruée des agents de voyage pour l’accaparement des sièges offerts et mis en ligne sur le système de réservation d’Air Algérie.

Ces agents de voyages faisaient la pluie et le beau temps puis-qu’ils s’appropriaient quasiment tous les vols en stockant dans leur système de réservation toutes les places ou presque disponibles que la compagnie proposait.

Dans le passé,quand un passager en partance vers Alger voulait réserver un voyage sur le site de réservation d’Air Algérie, il ne pouvait pas trouver des prix semblables à ceux proposés par certaines agences de voyages établies à Montréal. Cela était impossible étant donné que les places les moins chères étaient séquestrées par les dites agences mises en cause.

Récemment installée, la nouvelle représentante générale d’Air Algérie à Montréal Mme Amal Rahal ayant constaté ce genre d’agissements nous avait indiqué lors de notre rencontre avec elle au cours de l’année 2018 que des mesures appropriées étaient en train d’être mises en place pour mettre un terme à ces  pratiques.

Cette fois-ci c’est chose faite, la spéculation n’est plus possible puisque le nouveau système de réservation d’Air Algérie empêche toute tentative de spéculation. La direction centrale d’Air Algérie semble cette fois-ci vouloir sévir sévèrement. L’avertissement est clair. Il n’est pas à exclure que d’autres directives et décisions seront édictées à l’encontre les agents et agences de voyages qui ne se respecteraient pas les règles énoncées par la compagnie aérienne et celles de l’Association Internationale des Transporteurs Aériens (IATA).

Le message d’Air Algérie est sans ambiguïté:  Tolérance zéro pour les  contrevenants.

Affaire à suivre …

Par Wahid .M pour LA VOIX DU MAGHREB