sam, 3 décembre 2022

Éditorial

Retrouvez toutes les réflexions de nos éditorialistes sur l’actualité de la communauté maghrébine au Canada.

Les Musulmans du Québec entre laïcité et religions

Montréal 22 Novembre 2018 – L’Islam au Québec et les défis auxquels il fait face fut le sujet du colloque qui s’est tenu au centre culturel marocain à Montréal le jeudi 15 Novembre passé. Les conférenciers ont mis l’accent sur la nécessite d’aborder la question de l’Islam avec une authentique œillère pour faire face aux nombreuses caricatures produites par des parties qui sombrent dans une islamophobie aussi moribonde que stérile.” C’est à nous les intellectuels musulmans du Canada qui devons aborder la problématique de l’Islam afin de préserver une neutralité et une objectivité salutaires” a déclaré, entre autres,l’un des intervenants.

Professeur de sociologie, Mme Aoua Bocar Ly-Tall a souligné la nécessité de préparer l’avenir des futures générations en défendant fermement et utilement les intérêts de la communauté musulmane au Québec. Mme Bocar a relaté les vexations vécues par les immigrants dans le monde du travail au Québec. L’accès à l’emploi au Québec est très difficile pour les immigrants en général et pour les musulmans en particulier. Les immigrants francophones au Québec subissent un ostracisme et une discrimination accentués. Ces immigrants quittent le Québec vers l’Ontario par centaines.a déclaré la sociologue Ly-Tall. Selon le professeur, la vague de migration vers l’Ontario de la part des immigrants francophones va prendre de l’ampleur dans un proche futur.” Continuer à menacer les immigrants ne fera que les faire fuir davantage vers l’Ontario ” a conclu la professeure de sociologie de l’université d’Ottawa.

M.Radouane Bnou Noucair a rappelé le dictât des Médias au début de son allocution. La stigmatisation des musulmans est devenu une carte électorale.  ” La laïcité au Québec devrait être areligieuse au lieu d’être antireligieuse comme elle est en train de le devenir au Québec” a exprimé notre écrivain et journaliste installé à Montréal depuis 13 années. L’islamophobie au Québec semble muter vers une nouvelle forme de racisme et cela se constate notamment par un rejet d’autrui en l’infériorisant parce qu’il est différent. Cette analyse se base, selon M.Radouane, sur l’image propagée par différents médias et journalistes québécois ; une image qui reflète une islamophobie assumée. Il a précisé que les gouvernements qui se succèdent ne
font pratiquement rien pour lutter contre une islamophobie galopante qu’ils ont parfois du mal à admettre.

La communauté musulmane du Québec communique peu ou mal ; peu d’efforts sont faits pour contrer les amalgames et le racisme galopants. Cela est dû également, pour M.Bnou Noucair à l’absence de concertation entre les acteurs associatifs musulmans. La communauté musulmane au Canada n’a pas de supports médiatiques conséquents et l’impérieuse nécessité d’en avoir devient un objectif majeur pour les Canadiens de confession musulmane. Ils auront ainsi, le pouvoir et l’opportunité faire porter leur voix qui semble être, de nos jours, muselée par une corporation médiatique au service de certains lobbys qui font de l’islamophobie un lucratif fonds de commerce. Le journaliste Bnou Noucair n’a pas mâché ses mots devant cette vague islamophobe qui se propage au Québec ces derniers temps.

Le dernier intervenant de ce colloque fût M.Hassan Guillet, avocat, Ingénieur et Imam, installé au Québec depuis 1974.” Nous ne sommes pas des touristes ici, nous sommes chez nous au Québec. Il faut, également, ouvrir nos cœurs et nos portes à autrui avant de le stigmatiser ” a dit M. Guillet au début de son exposé au cours duquel il a exprimé le devoir de chacun de respecter son vis-à-vis.” La religion ce n’est pas le fanatisme..Je respecte la religion de chacun alors respectez la mienne, Avant de parler du chômage, d’économie et de développement, on se braque sur les problèmes de religion. On essaye de créer un vrai problème pour un problème qui n’existe pas.” a rappelé notre ingénieur-conférencier.
J’appelle tous les musulmans du Québec à être de bons musulmans et de bons Québécois. Moi-même, je vis et je défends les valeurs québécoises tous les jours. La générosité,l’amabilité et l’empathie vers les autres font partie de ces valeurs. Elles se juxtaposent aux valeurs de l’Islam. Elles sont très proches.
a conclu M. Guillet , pour qui un travail commun devrait être entrepris par tout le monde pour encourager, favoriser et pérenniser le vivre-ensemble au Québec.
Pour une fois que le sujet de l’Islam au Québec est étudié par un collectif de professeurs et journalistes qui ne versent pas dans la rhétorique et le racisme. Cela augure de bons vents qui puissent mener à bon port une communauté qui n’aspire que vivre en bon termes avec toutes les composantes de la société canadienne. Que les journalistes pourfendeurs d’islamophobie et de la peur de l’autre sachent que leur besogne puérile sera contrée par celles et ceux qui activent et aspirent pour que le vivre-ensemble soit une concrète réalité parmi tous les canadiens et tous les québécois ..

Par Wahid .M 

Visa d’études pour le Canada : Comment faire ?

Montréal 02 Décembre 2018. Des que vous avez reçu la lettre d’invitation de votre université au Canada,vous venez de faire la plus grosse partie !

La prochaine étape est de faire une demande de visa étudiant communément appelée permis d’études. Le visa étudiant au Canada est le permis d’études. C’est ce qui va permettre au détenteur de ce sésame de séjourner légalement au Canada.

1-  Un passeport valable pour toute la durée de vos études.

2-  Deux photos d’identité.

3-  Remplir et Signer le Formulaire IMM 1294.

4-  Des Attestations financières : entre 10 000 CAD et 15 000 CAD à l’année + les frais d’université.

5-   Les Frais de dossier payables en ligne ; 150 CAD de frais de dossier.

6-   La Lettre d’acceptation de l’université dans laquelle les études seront faites.

Vous recevrez une réponse au bout d’une vingtaine de jours.

Vous pourrez travailler avec l’obtention du permis d’études (20 Heures par semaine.Vous pourrez travailler à temps plein durant les vacances scolaires).

Pour ce qui est de la province du QUÉBEC : Vous êtes dans l’obligation de faire une Demande d’acceptation du Québec (CAQ) . La demande devrait être faite en ligne sur le site de officiel gouvernemental de l’Immigration au Québec.

Pour étudier au Québec,il faut être détenteur,conjointement, du CAQ et du Permis d’études.

Durant vos études au Canada , vous pouvez travailler légalement mais, pour cela, il faudrait remplir certaines conditions pour obtenir le fameux Permis de travail.Vous devez détenir ce qui suit :

1-  Il faut suivre vos études à temps plein durant un programme de 8 mois au minimum sans interruption .

2-  90 jours après la fin de votre programme, vous pouvez faire cette demande pour travailler.

3-  Votre établissement d’études doit vous fournir une lettre explicative.

4-  Votre permis d’études doit être valide.

La durée de votre permis de travail dépendra de la période de vos études au Canada. Cette demande ne pourra pas être déposée durant les 8 premiers mois de vos études.

Apres 2 années complètes d’études,vous pourrez avoir droit à un permis d’études valable pour 3 ans.

 

Lien utiles : 

Obtenir le CAQ du Québec

Obtenir le Permis d’études au Canada

 

Par Amine Kenida