mar, 11 août 2020

Interviews

Retrouvez toutes les rencontres, entretiens, Questions/Réponses.

Entrevue avec le Ministre Canadien de l’Emploi et du Multiculturalisme

Wahid Megherbi: Le Canada  est le pays ou le taux de chômage est l’un des moins élevés parmi les pays de l’OCDE .Quels sont les mesures qui ont été prises et qui le seront dans le futur pour maintenir un taux de chômage aussi bas ?

 Jason Kenney: Nous insistons sur la réduction du fardeau fiscal ou en d’autres termes réduire les Impôts, qui peuvent être un frein à la création d’emplois. Nous avons les Impôts fédéraux les plus bas depuis les années soixante. Cela a permis d’augmenter les investissements en plus d’encourager les activités économiques des entreprises.

Pendant la récession globale, nous avons maintenu l’investissement stratégique dans les infrastructures et la formation de la main-d’œuvre qualifiée. Mais la chose la plus importante est celle de garder notre confiance dans la gestion économique et fiscale ; c’est pour cela que l’on a mis l’accent sur l’équilibre budgétaire en travaillant de pied ferme pour que le budget fédéral atteindre l’équilibre dans un an.

Croyez-vous toujours que  la réduction des Impôts est la meilleure option qui puisse favoriser la croissance économique et par conséquent,  la création d’emplois au pays ?

On a décidé de geler  les cotisations pour l’assurance emploi. Sans le gel que nous avions annoncé dernièrement il y aurait eu cette taxe additionnelle qui pénaliserait la création d’emplois. Il faut maintenir un niveau acceptable du fardeau fiscal et  des Imports pour ne pas alourdir les charges des petites et moyennes entreprises. C’est tellement difficile de créer une entreprise qu’il faut tout faire pour maintenir nos entreprises dans un niveau compétitif et créateur d’emplois. Il faut les encourager.

L’Immigration joue-t-elle un rôle dans l’essor économique de notre pays, le Canada?

Je crois que  oui. C’est pour cela que l’on a maintenu le niveau  d’immigration le plus élevé dans l’histoire du canada. Nous avons plus d’un quart de million de nouveaux résidants  permanents  par année. C’est le niveau d’immigration, per capita, le plus élevé du monde développé  après celui de la Nouvelle Zélande. Nous le faisons, bien évidemment, car le Canadien de souche na pas  un taux de natalité suffisant  pour assurer la relève. Notre population va connaitre une baisse de population qui nous mène vers une politique d’immigration pour y remédier.

L’immigration seule n’est pas l’unique solution pour notre croissance économique  mais elle y participe à la solution du défi démographique qui pointe du nez. Les Immigrants  jeunes avec des habilites pertinentes pour le marché du travail représentent un atout conséquent pour notre économie. Ils contribueront à financer nos programmes de pensions de santé et de retraite .C est la première année de notre histoire économique Le nombre de canadiens qui quittent le marché du travail est plus important que ceux qui y entre. surtout, avec la retraite des Baby-boomers .

Il faut que le Canada et le Québec fassent de meilleures démarches et initiatives pour inclure ces Immigrants dans le marché du travail et les faire participer à notre prospérité.

C’est un gaspillage inacceptable te immorale d’attirer les gens bien éduqués et bien formés de leurs pays d’origine de pays en voie de développement pour faire face au  chômage et  le sous-emploi  et l’impossibilité de reconnaissance de leurs  titres académiques et leurs acquis professionnels.

Beaucoup d’immigrants ont de la difficulté à s’intégrer professionnellement dans certaines provinces. Quels ont les moyens  et  outils qui lui permettront de chercher l’emploi dans la province qui est prête à le lui offrir ?

La meilleure façon d’intégrer les Immigrants  c’est de les inclure dans le processus économique du pays. Celui ou celle qui ne trouve pas d’emploi ou est sous  employé est une personne qui trouvera de la difficulté de s’intégrer dans  la société. L’immigrant doit trouver l’emploi pour lequel il a les habilitées professionnelles qu’il a  acquise durant sa formation académique.

Il faut augmenter les opportunités  économiques pour les immigrants. A leur tour, les immigrants  doivent aller vers les endroits où les emplois sont disponibles  dans  notre économie.

Depuis  les reformes que j’ai mis en place lorsque j’étais  ministre de l’Immigration, on a constaté une grande augmentation des immigrants qui s’installent  dans les régions qui ont un potentiel économique dynamique comme dans  l’Ouest du Canada. En Alberta, nous avons vu un triplement du nombre d’immigrants qui viennent combler les emplois disponibles.

Je donne un conseil à vos auditeurs et lecteurs  à considérer les opportunités économiques qui sont disponibles dans  d’autres régions et provinces de notre pays.

Vous avez été le premier membre du gouvernement canadien à  nous avoir accordé une entrevue il  y a de cela  cinq ans. Je vous remercie pour l’intérêt que vous portez aux immigrants et aux citoyens canadiens  d’origines  diverses.

Choukrane (en Arabe), je suis ravi de pouvoir vous aider.