Le système Bouteflika joue les prolongations.

830

Les algériens viennent d’être informés par voie de presse que le président Bouteflika a renoncé au 5e mandat tant décrié mais qu’il demeurerait à la tête du pays pour une période transitoire dont l’issue serait définie par une conférence nationale qui serait installée par le nouveau gouvernement mis en place aujourd’hui.

Les élections présidentielles prévues pour le 18 Avril 2019 sont ainsi reportées pour une date ultérieure. Jusque là tout baigne comme le voudraient ceux qui sont aux commandes du pays mais tout le monde sait que Bouteflika est dans l’incapacité physique de gérer quoique ce soit ou d’émettre une quelconque directive.
Paradoxalement c’est une autre ambiance qui règne présentement sur les réseaux sociaux ,les réseaux qui ont permis de mener cette fronde populaire appelant au changement total du régime Bouteflika et de tous ses relais.

Les premières réactions constatées ici et là dénotent une profonde déception chez les algériens qui sont convaincus que le système Bouteflika voudrait se maintenir au pouvoir sous des subterfuges et combines politiques aussi farfelus qu’inacceptables. La prolongation du 4e mandat en cours est une option qui est mal perçue et de ce fait génère déjà des appels pour la continuation des manifestations et rassemblements populaires qu’a connu le pays ces trois dernières semaines.

Les jours prochains seront riches en rebondissements. Le face à face entre le pouvoir algérien et ses nombreux opposants ne fait que commencer.

Le système Bouteflika joue les prolongations; les dés sont jetés. Les nerfs des uns et des autres seront mis à rude épreuve.

L’Algérie continuera dans les prochains jours de faire parler d’elle.

Par Wahid Megherbi