Entrevue avec le Ministre canadien de l’Immigration et de la Citoyenneté
27 novembre 2014

Entrevue avec le Ministre canadien de l’Immigration et de la Citoyenneté

By
  • 55
  • 0

Le Canada a vécu des semaines remplies d’épreuves. Nous avons eu le privilège d’interviewer M. Chris Alexander, le ministre canadien de l’Immigration et de la citoyenneté qui a bien voulu répondre aux questions de La Voix du Maghreb.

Wahid Megherbi : La loi sur ‘’ les pratiques barbares ‘’ a suscité l’inquiétude de nombreux citoyens.Yaura- t- il des dérapages et des excès lors de son application ?

Chris Alexander : La réputation du système de l’immigration et celui de la justice est bonne. Cette Loi vise à mieux protéger les femmes et les filles surtout. Cette loi a été reçue par énormément d’enthousiasme partout au Canada. Je n’ai jamais vu autant d’échos positifs par une initiative prise par notre gouvernement depuis que je suis à la tête de ce ministère.

Nous n’avons pas assez fait pour protéger les femmes de la violence conjugale et je dirais de la violence tout court. Les cas de polygamie mènent très souvent à la violence. Même chose pour les mariages forcés. Je ne parle pas ici des mariages arrangés où les familles jouent un rôle pour présenter l’un des époux à l autre. Je parle, plutôt, des mariages forcés où l’un ou l’autre des époux est obligé et même menacé, par la de violence ou de conséquences financières, de se marier avec l’autre. Ceci est inacceptable au canada.
Les citoyens veulent qu’on se penche sur ces sujets. Chaque nouvelle victime est une victime de trop.

Qu’en est- il de la Loi complémentaire sur la citoyenneté qui prévoit dorénavant de révoquer la citoyenneté aux canadiens accusés de terrorisme ?

On aura le droit de révoquer la citoyenneté canadienne que lorsque la personne en question aura deux choses. Premièrement, elle doit avoir la double nationalité et deuxièmement une décision d’une cour de justice pour le crime de terrorisme. Il n’y a pas énormément de cas où les canadiens sont accusés et condamnés pour terrorisme dans notre pays.
Chaque cas qui verra la condamnation par la justice d’une personne pour terrorisme sera analysé pour voir s’il y a possibilité par la suite de le déchoir de sa citoyenneté.

La citoyenneté représente une chose très positive. Elle représente une valeur ; elle représente des droits mais aussi des responsabilités. Nous ne sommes pas ici, au Canada, pour vivre comme on veut et respecter certaines lois et ne pas en respecter d’autres. Nous avons des droits et des devoirs. Les institutions de notre État de droit libre nous assurent énormément de libertés.
Un terroriste ou une personne coupable de trahison dans le sens formel et juridique de ce mot est en train de remettre en question les bases mêmes de la citoyenneté.
Si la personne coupable ne détient que la citoyenneté canadienne, il ne la perdra pas mais il sera condamné sévèrement selon la loi du pays.

L’intégration professionnelle des citoyens d’origine immigrante et des résidents permanents reste toujours problématique. Cela fait des années que l’on parle de la reconnaissance des acquis et des compétences obtenus à l’étranger des personnes appartenant à des professions règlementées.
Il n’y aurait-il pas plus d’efforts, plus d’implication du gouvernement canadien pour contrer cet énorme obstacle que sont les conditions édictées par les ordres professionnels au Canada et plus particulièrement au Québec pour la reconnaissance des diplômes étrangers ?

Il faut travailler avec les autorités responsables des différentes professions au niveau provincial et territorial partout au Canada. Notre gouvernement a investi 50 millions $ pour développer des partenariats avec des associations professionnelles d’ ingénieurs, de comptables , d’ infirmiers , et tant d’ autres pour les pousser et même les obliger à faire l’analyse des différentes compétences de nos immigrants venant de toutes les régions du monde pour voir qui est vraiment qualifié(e) pour exercer sa profession , qui pourrait avoir une voie plus courte pour la reconnaissance de ses compétences et qui devrait commencer un autre processus pour l‘ aider à faire reconnaitre ses acquis .
Nous sommes déterminés à continuer à travailler là-dessus avec acharnement.

N’avez-vous pas pensé à mettre en place des tables de concertation pour inclure les immigrants qui pourraient s’impliquer avec les différentes autorités pour trouver des solutions efficaces à cette problématique de la reconnaissance des diplômes ?

Nous avons déjà fait cela avec énormément de professions. Sur 70 professions et métiers qui acceptent des candidats diplômés à l’étranger, nous avons fait progresser la dynamique de la reconnaissance des diplômes dans la moitié. Nous avons fait cela en concertation avec les autorités provinciales et, également avec les immigrants eux- mêmes. Ceci dans le cadre des tables de concertation. C’est à cela qu’est alloué notre budget annuel de 50 millions $ .Nous allons renforcer ces actions dans le futur.

Quant au Québec, il a sa propre spécificité car il livre ses propres programmes d’immigration.
Le Québec travaille lui aussi sur la reconnaissance des diplômes. Je note qu’il y a pas mal de progrès en ce sens. Je note qu’il y a plusieurs ordres professionnels au Québec qui se sont ouverts vers les professionnels venant de l’extérieur du pays. Je sais que ce n’ est pas satisfaisant pour tout le monde et qu’ il n’ a pas autant de progrès dans chaque profession mais nous allons continuer travailler avec rigueur .

La reconnaissance au Canada des diplômes obtenus à l’étranger est pour notre gouvernement une priorité.

Le Canada a vécu récemment des événements tragiques. Quelle est votre message du ministre de l’immigration et de la citoyenneté aux citoyens canadiens de confession musulmane ?

Nous sommes très fiers de nos compatriotes musulmans qui font des contributions énormes à la vie de notre pays. Je le vois autour de moi dans la région de Toronto. J’entretiens moi- même d’étroites relations avec la communauté musulmane de l’Ontario. J’ai vécu 6 ans en Afghanistan ce qui m’a permis d’être proche de la communauté canado-afghane.

Nos concitoyens musulmans réussissent dans leur vie professionnelle. Le taux d’éducation et de scolarisation dans la communauté canado- arabe est très élevé. Nous sommes très fiers, également, de communauté maghrébine dont ses membres sont hautement qualifiés.
Je n’oublierai pas les contributions significatives en affaires et en culture des citoyens originaires de l’Inde, du Pakistan et du Bangladesh.
Nous sommes outragés par les gestes et les actes atroces que l’on voit ici et là. Mais il faut rester ensemble en tant que canadiens. Il faut en parler, il faut exprimer notre opposition face à tous les groupes terroristes du monde. Il est nécessaire de renforcer le message que ceux- là ne représentent pas l’Islam. Ces actes condamnables peuvent être commis au nom de n’ importe quelle religion .Une telle violence ne représente pas l’Islam.
On a de bonnes chances au Canada, y compris au Québec, de montrer la richesse de l’Islam , les contributions de l’Islam à la culture mondiale, les contributions de l’Islam à la science mondiale et jusqu’ à quel point les immigrants originaires des pays musulmans enrichissent le Canada au plus haut niveau.

Quel est votre message aux lecteurs de La Voix du Maghreb ?

Je dis bravo à La Voix du Maghreb qui est un média important pour une communauté qui a un poids grandissant dans notre pays. Je vous encouragerai à faire la promotion du Canada dans son ensemble .Les Maghrébins s’installent au Québec en majorité mais nous aimerions que les immigrants francophones élisent domicile, également, dans d’autres provinces canadiennes.

Il y a énormément de perspectives économiques en Ontario, au Manitoba, au Nouveau-Brunswick, en Alberta et partout dans l’ouest où notre économie est plus dynamique.
Ces provinces veulent accueillir des immigrants francophones en plus grand nombre. On voudrait que ces immigrants s’installent partout au Canada.

On vous attend partout au Canada, on vous apprécie. Les journaux comme le votre représentent la force du Canada. Nous sommes forts non seulement avec notre économie  mais  également de notre société civile .Nous sommes forts aussi de la réussite des gens comme vous à s’expriment en français au Canada sur les questions qui comptent pour les Maghrébins et donner une perspective nouvelle à l’actualité d’aujourd’hui qui nous est très importante.

Le Canada joue un rôle important au Maghreb, au Moyen-Orient et partout dans le monde et pour cela nous avons besoin de votre appui.

Entrevue réalisée par Wahid Megherbi pour ©LA VOIX DU MAGHREB

Prev Post

Mohamed Nadhir Sebaa , un poète et un écrivain novateur .

Next Post

La carte de la STM coutera 82 $ en 2015

post-bars

Leave a Comment