M. Ramtane Lamamra à la rencontre de la communauté Algérienne à Montréal
2 octobre 2014

M. Ramtane Lamamra à la rencontre de la communauté Algérienne à Montréal

By
  • 43
  • 0

Le Ministre Algérien des Affaires étrangères, Monsieur Ramtane Lamamra, a rencontré hier à Montréal les représentants des médias communautaires algéro-canadiens à la fin de sa visite officielle au Canada.
J’ai tenu à lui poser quelques questions concernant les préoccupations de la communauté algérienne installée au Canada.

Wahid MEGHERBI: Certains membres de la communauté algérienne au Canada prévoient de retourner en Algérie pour s’y installer définitivement. Quels sont les mécanismes mis en place pour permettre à ces citoyens de bénéficier des aides de l’État Algérien pour leur réinsertion professionnelle. Je citerai entre autres les trois dispositifs du programme gouvernemental pour l’emploi, ANSEJ, ANEM et CNAC  ?

Ramtane LAMAMRA: En ce qui concerne l’investissement en Algérie, je crois qu’il y a des facilités qui sont accordés à tous les Algériens et tous les partenaires internationaux. Le Code des investissements Algériens, qui était déjà très attractif, est en train d’être révisé pour qu’il prenne en charge les enseignements tirés de l’expérience des dernières années.
Si cette volonté de membres de la communauté algérienne de venir investir en Algérie pouvait se traduire par un courant important qui prend de plus en plus d’ampleur, le gouvernement algérien prendra  toutes les mesures de facilitation à travers les services diplomatiques et les structures d’accueil au niveau du territoire national.

Nous encourageons ce phénomène, nous nous en réjouissons et de toute évidence, le gouvernement  prendra  à cœur  de le faciliter par tous les  moyens légaux et pratiques susceptibles d’amplifier cette tendance et de la généraliser  à l’ensemble des compatriotes  qui souhaitent pouvoir apporter leur contribution directe au développement du pays.

W.M.: La communauté algérienne au Canada, dont le nombre avoisine les  100 000 personnes, a besoin d’avoir des outils médiatiques pour qu’ils soient les relais des préoccupations  tant au Canada qu’ en Algérie . Le gouvernement algérien a-t- il prévu des aides pour encourager les personnes voulant créer des entreprises?

R.L.:  Je constate qu’il y a certaines initiatives qui sont prises par des éléments dynamiques de la communauté algérienne. Il y a des Radios locales et des journaux. Il y a également les moyens modernes comme Internet par exemple qui permettent  d’être constamment à l’écoute de l’Algérie en temps réel. Ce qui n’était pas le cas il y a une dizaine d’années.

Nous devons, résolument, profiter en tant que communauté algérienne à l’étranger de ses avancées scientifiques et technologiques qui nous permettent d’amplifier ce qui se passe dans notre pays et montrer tous les aspects positifs d’une situation, qui est à tout point de vue très évolutive.

C’est vrai, il y a ce déficit, pas nécessairement  auprès de la communauté algérienne, mais également, auprès de nos partenaires internationaux, auprès de ceux qui sont attirés par les trains qui n’arrivent pas à l’heure, par les faits divers, alors même que l’Algérie présente des indicateurs  éminemment positifs et des potentialités énormes à explorer.
Le gouvernement algérien y réfléchit très sérieusement. Je ne pense pas pouvoir dire aujourd’hui quelles mesures vont être prises, mais je sais qu’elles sont à l’étude pour pourvoir porter très haut et très loin la voix de l’Algérie.

 

 

Interview Réalisée par wahid MEGHERBI pour LA VOIX DU MAGHREB.COM

Prev Post

Les Emirats interdits aux Algériens et aux Tunisiens… de moins de 40 ans

Next Post

Le Maroc demande le report de la CAN 2015 à cause d’ Ebola

post-bars

Leave a Comment